La durabilité

Le rapport Brundtland, publié en 1987, est aujourd’hui encore la bible de la durabilité. Il dresse un constat implacable des impacts de l’humanité sur la planète. Heureusement, la tendance peut être inversée.

« Le genre humain a parfaitement les moyens d’assumer un développement durable, de répondre aux besoins du présent sans compromettre la possibilité pour les générations à venir de satisfaire les leurs. […] En dernière analyse, le développement durable est bien une affaire de volonté politique. »

Le rapport met également en évidence les trois principaux aspects du développement durable : l’environnement (préservation et augmentation des ressources naturelles), la société (satisfaction de nos besoins en nourriture, énergie, logement, emploi…) et l’économie (préservation de notre croissance économique, augmentation de la qualité de vie des pays en développement).

D’une durée de vie quasiment infinie et composé de matières premières naturelles, le verre est un matériau excellent pour l’environnement. Les vitrages sont multifonctionnels : isolation thermique renforcée, optimisation des gains solaires, contrôle des risques de surchauffe, apports de lumière naturelle, vitrage acoustique… La laine de verre et le verre cellulaire se classent parmi les isolants les plus durables et les plus efficaces. Le verre utilisé en applications intérieures laisse la lumière naturelle pénétrer de pièce en pièce. Les bouteilles, les flacons et la gobeleterie en verre sont réutilisables et préservent la saveur des aliments tout en étant totalement sûrs pour la santé, sans possibilité d’interaction chimique. Plus légers, les matériaux composites renforcés en fibres de verre  permettent de limiter l’exploitation des ressources naturelles.

Les performances et la gamme d’applications ne cessent d’évoluer. Les produits verriers employés dans la construction durable font partie des investissements les plus rentables. Les panneaux solaires produisent de l’électricité verte et les fibres de verre sont présentes en grandes quantité dans les éoliennes, dans les transports… Le verre est  utilisé abondamment dans l’ensemble des secteurs de l’économie.

L’industrie verrière compte 9 sites de production et près d’une trentaine d’entreprises transformatrices de verre réparties dans toute la Belgique. En 2012, les hommes et femmes employés par le secteur verrier belge étaient 7700 pour une production d’1 million de tonnes de verre. Deux caractéristiques de l’industrie du verre belge : l’innovation et l’exportation.

L’innovation

Le développement durable nécessite toujours plus de créativité. Les différents sous-secteurs de l’industrie du verre sont, chacun à leur manière, spécialement innovants. Les multiples et diverses performances et applications de la gamme de produits verriers évoluent continuellement.

Aussi, la Fédération de l’Industrie du Verre est membre fondateur du pôle de compétitivité wallon GreenWin. Porteurs de projets labellisés, plusieurs membres de la Fédération y sont particulièrement actifs.

Print Friendly