Roadmap horizon 2050

Le contexte

La Fédération a réalisée en 2016 sa roadmap à l’horizon 2050. L’établissement de cette vision a été rendu possible grâce au soutien du bureau de consultance CLIMACT.

CLIMACT a guidé la Fédération et ses membres à travers un processus sur une période de 2 ans. Dans un premier temps, les principaux enjeux du secteur ont été identifiés sur base d’une analyse de la littérature et des études réalisées au niveau européen. Dans un deuxième temps, les entreprises ont été consultées et les hypothèses concernant les évolutions possibles ont été précisées. Enfin, la vision permettant de maximiser la contribution du secteur verrier wallon à une société bas carbone et sa prospérité économique a été élaborée.

La roadmap s’est penchée sur deux catégories de leviers : les leviers liés aux enjeux du contexte externe et ceux liés au contexte interne à l’industrie. Le contexte externe se décline en trois volets : les marchés des différents produits verriers, le marché de l’énergie et le marché des matières premières. Le contexte des leviers interne à l’industrie verrière est divisé en deux : les leviers liés à la conception des produits et les leviers relatifs aux outils de production.

Les scénarios

Dans le cas de cette étude, trois scénarios possibles ont été élaborés et comparés.

Le scénario Business-as-usual reflète une situation sans transition bas carbone. Ce scénario représente la position de départ par rapport à laquelle il faut agir pour définir la contribution vers une transition bas carbone.

Le scénario Max bas Carbone représente une transition bas carbone très ambitieuse, au travers d’investissements importants ; toutefois, ce niveau d’ambition n’est pas considéré comme réaliste par les parties prenantes.

Ces deux scénarios représentent la marge de manœuvre à l’horizon 2050. Sur cette base, la FIV a élaboré le scénario Central basé pour chaque levier sur  une ambition bas carbone forte mais considérée comme atteignable.

L’ambition du secteur

Dans le scénario central, on observe que d’ici 2050, la transition bas carbone aura comme impact sur les produits verriers une croissance du marché de 2%. Cette croissance est due à la contribution positive des produits verriers dans un monde bas carbone. Toutefois, vu le climat fragile d’investissement, notre scénario prend comme hypothèse qu’une partie seulement de cette croissance est réalisée en Wallonie avec les installations existantes. La transition bas carbone du mix énergétique wallon nécessaire impacte positivement les émissions de GES du secteur. Parmi les mesures liées au contexte interne, on observe que l’augmentation de la durée de vie des produits, des produits plus légers et une hausse du taux de recyclage sont des éléments positifs. Finalement, au niveau de l’outil de production une transition vers des fours plus efficaces, la mise en place de fours électriques, technologie non encore développée dans l’ensemble des sous-secteurs et à une échelle industrielle, et une utilisation de biocarburant sont des leviers possibles avec un niveau d’ambition acceptable.

Au final, face à une augmentation du besoin en produits verriers pour soutenir la transition bas carbone de la société, le secteur verrier wallon a l’ambition de réduire ses émissions de 36% à l’horizon 2050 par rapport à 2014.

 

RM graphe final rapport annuel FRSoutenir cette ambition

Pour pouvoir se développer et implémenter le scénario Central, la compétitivité du secteur doit être maintenue et soutenue. Il est donc primordial que la Région instaure un ‘level playing field’ en matière de coûts de l’énergie, d’accès aux matières premières et à une main d’œuvre de qualité. En effet, vu la croissance attendue un climat favorable est à mettre en place au plus vite afin d’attirer les investissements nécessaires et pérenniser les outils existants pour faire face à cette hausse de production.

Print Friendly